Currently set to Index
Currently set to Follow

Schools brace for surge in demand for mental health services as in-person classes resume

Lire cet article en français

From the Toronto Star article:

…Some schools are also being supported by external programs, like the Model Schools Pediatric Health Initiative run out of St. Michael’s Hospital in Toronto and Unity Health, which serves over 50 inner city schools through clinics based in Sprucecourt Public School and Nelson Mandela Park Public School. Dr. Sloane Freeman, a pediatrician and lead of the clinics, said she anticipates “a storm of referrals” as schools reopen for in-school learning.

“It’s very difficult to identify kids’ needs virtually, whether it be educational needs, mental health needs or developmental health needs,” Freeman said, adding that features of ADHD and autism, for example, are much harder to pick up on through a screen.

Freeman said she anticipates some children returning to the classroom will display symptoms of anxiety and depressed moods, but also problems with emotional outbursts. “We’ve always seen challenges with kids’ self-regulation and having a hard time managing big emotions, and I think we’re going to see more of that.”

Les écoles se préparent à une hausse de la demande de services en santé mentale avec la reprise des cours en présentiel

Extrait de l’article du Toronto Star :

… Certaines écoles sont également soutenues par des programmes extérieurs, comme le Model Schools Pediatric Health Initiative de l’hôpital St. Michael de Toronto et Unity Health, qui dessert plus de 50 écoles du centre-ville avec ses cliniques établies dans les écoles publiques Sprucecourt et Nelson Mandela Park. La docteure Sloane Freeman, pédiatre et responsable des cliniques a déclaré qu’elle s’attendait à une « foule de demandes de consultation » avec la réouverture des cours en présentiel.

« Il est très difficile de définir les besoins des enfants de manière virtuelle, que ce soit en matière d’éducation, de santé mentale ou de santé développementale », a déclaré la Dre Freeman, ajoutant que les particularités du TDAH et de l’autisme, par exemple, sont beaucoup plus difficiles à déceler à travers un écran. La Dre Freeman a déclaré s’attendre à ce que certains enfants retournant en classe présentent des symptômes d’anxiété et d’humeur dépressive, mais aussi des problèmes de débordements émotionnels. « Les défis liés à l’autorégulation chez les enfants et à la difficulté de gérer les émotions fortes ont toujours été présents, et je pense que nous en verrons davantage. »

Read This Article