Currently set to Index
Currently set to Follow

Build back better: Every Canadian should have a family doctor

Lire cet article en français

THE TORONTO STAR

By Dr. Tara Kiran with contributor Dr. Danielle Martin

Imagine moving to a new city and automatically joining a local health-care team, just like children join their neighbourhood school. What if every Canadian had access to a social worker or pharmacist through a family practice team and could easily reach them via phone, video call or email?

The health of Canadians depends on easy and equitable access to high-quality primary care that is integrated with other parts of the health-care system. The need has never been more urgent.

During the pandemic, most doctor’s offices were open, but many Pap tests, diabetes visits and routine immunizations were delayed as patients understandably waited for lower case counts and vaccines. We now face a backlog of missed chronic disease and preventive care.

Additionally, more Canadians are facing mental health and addiction challenges that need primary care attention.

Reconstruire en mieux : Tous les Canadiens devraient avoir un médecin de famille

Par la Dre Tara Kiran, avec la collaboration de la Dre Danielle Martin

Imaginez déménager dans une nouvelle ville et intégrer automatiquement une équipe de soins de santé locale, tout comme les enfants intègrent l’école de leur quartier. Et si chaque Canadien avait accès à un travailleur social ou à un pharmacien par l’intermédiaire d’une équipe de médecine familiale et pouvait facilement les joindre par téléphone, appel vidéo ou courriel?

La santé de la population canadienne repose sur un accès facile et équitable à des soins primaires de haute qualité, intégrés aux autres volets du système de soins de santé. Le besoin n’a jamais été aussi pressant.

Durant la pandémie, la plupart des cliniques médicales sont demeurées ouvertes, mais de nombreux tests de routine comme le dépistage du cancer du col de l’utérus, les suivis pour la gestion du diabète et pour la vaccination ont été retardés, parce que les patients attendaient, à juste titre, que le nombre de cas diminue et que les vaccins soient administrés. Nous faisons maintenant face à un retard considérable dans le traitement des maladies chroniques et des soins préventifs. En outre, de plus en plus de Canadiens sont aux prises avec des problèmes de santé mentale et de toxicomanie qui nécessitent le recours aux soins primaires.

Read This Article